CLAB: Plus de 40 ans d’action en faveur de l’éducation et de l’intégration en Amérique latine et dans les Caraïbes

Miriam Ramos, M. Alexandra García-Amado
Institut Vénézuélien de Recherches Scientifiques

(éditorial publié dans la revue Interciencia)

Le Centre latino-américain des sciences biologiques (CLAB) est un centre régional créé en 1973 par accord signé entre l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et le Gouvernement vénézuélien en vue de promouvoir la recherche et l’enseignement dans le domaine des sciences biologiques en Amérique latine et dans les Caraïbes et de favoriser l’intégration de la région par la coopération dans ce domaine du savoir. Le CLAB est un centre autonome au service des Etats membres et des Membres associés de l’Unesco, situé au Centre de biophysique et de biochimie de l’Institut vénézuélien de recherche scientifique (IVIC).
Tout au long de ses 42 ans d’existence, le CLAB a organisé 47 cours et ateliers internationaux de haut niveau scientifique, offrant un service qui facilite la recherche et l’enseignement des sciences biologiques dans la région. En outre, plus de 20 séminaires et réunions scientifiques ont été organisés, ainsi que quatre congrès internationaux.
Le CLAB est le plus ancien centre de l’Unesco au Venezuela et, grâce à l’organisation de ses cours, ateliers, colloques, séminaires et congrès, il a permis à des étudiants de toute l’Amérique latine et des Caraïbes de partager en direct avec des professeurs experts du savoir scientifique, venus dans le pays grâce à son esprit de coopération, pour partager leurs connaissances. Il convient de mentionner la participation d’un lauréat du prix Nobel et de plusieurs nominés pour ce prix.
Pour célébrer le 42e anniversaire de la création du CLAB, nous voudrions vous présenter un résumé des activités organisées au cours de ces quatre décennies. Au cours de ses 10 premières années d’existence, le CLAB a organisé 13 cours avec 157 professeurs étrangers, 97 professeurs vénézuéliens, 196 étudiants étrangers et 126 étudiants vénézuéliens. Entre 1984 et 1994,13 cours et 10 manifestations (ateliers, colloques et séminaires) ont été organisés, auxquels ont participé 107 professeurs étrangers et 70 professeurs vénézuéliens, 285 étudiants étrangers et 401 étudiants locaux. Au cours de la troisième décennie, entre 1995 et 2005, huit cours, neuf manifestations du CLAB ont été organisées: PLUS DE 40 ANS DE PROMOTION DE L’ENSEIGNEMENT ET DE L’INTÉGRATION EN AMÉRIQUE LATINE ET DANS LES CARAÏBES et quatre congrès, avec la participation de 252 professeurs étrangers, 240 Vénézuéliens, 135 étudiants étrangers et 1079 Vénézuéliens.
Toutefois, depuis 2006, la participation des étudiants latino-américains et caribéens, ainsi que des professeurs étrangers, a considérablement diminué. Malgré le fait que 13 cours et deux événements ont été organisés, seuls 38 professeurs et 63 étudiants sont venus d’autres pays, tandis que 68 professeurs et 523 étudiants du Venezuela y ont participé. La baisse de la participation des enseignants et des étudiants d’autres pays s’est accentuée depuis 2012 avec la crise de la vente des billets d’avion internationaux au Venezuela, provoquant que ces trois dernières années l’organisation d’événements internationaux par le CLAB a été pratiquement nulle. C’est alarmant, étant donné que les étudiants et les professeurs vénézuéliens dans le domaine scientifique s’isolent du reste du monde et, si l’on considère que la raison d’être du CLAB est de fournir un espace d’enseignement aux biologistes latino-américains et caribéens, le problème nous concerne tous dans la région. Dans le cas spécifique du Venezuela, si l’on ajoute les problèmes existants d’accès aux revues scientifiques et d’acquisition des fournitures nécessaires à la recherche, il faut s’attendre à ce que dans les années à venir, la production scientifique du pays continuera de chuter de façon spectaculaire.
Depuis sa création, le CLAB a atteint son objectif de promouvoir la coopération entre les pays d’Amérique latine et des Caraïbes et l’enseignement des sciences biologiques. Ses activités ont mobilisé 4 108 personnes dans plus de 30 pays à travers le monde. Cependant, leur avenir est incertain à l’heure actuelle, car il devient de plus en plus difficile d’inviter des enseignants et des étudiants étrangers au Venezuela.

Laisser un commentaire