Prof ! Je suis tellement content que vous soyez de retour !

Yudith Cardinale V
Professeure Associée, Université Simón Bolívar
Dpt. d’Informatique et T.I

Le retour au Venezuela, après ma troisième année sabbatique (septembre 2016-août 2017) diffère des deux années précédentes dans un aspect qui restera dans ma mémoire jusqu’ à la fin de mon temps… l’accueil chaleureux de mes jeunes de la USB… Je suis arrivé au Venezuela un dimanche de septembre 2017.

Professeure! Je suis tellement content que vous soyez de retour! On pensait que vous ne reviendriez pas…….
Professeure! Je suis tellement content que vous soyez de retour! Nous vous attendions parce que nous voulons travailler sur vos sujets de recherche….
Professeure! Je suis tellement content que vous soyez de retour! Avez-vous des sujets de thèse à nous proposer?
Professeure! Je suis tellement content que vous soyez de retour! Offrez-vous des matières à option?

Des mots sincères et des sourires m’emplissaient d’énergie pour oublier la fatigue et reprendre mon travail d’enseignante de la USB… surprise, mais heureuse que je sois revenue, mes jeunes de la Bolívar attendaient déjà que je les soutienne.

Etant donné la situation dégradée dans laquelle se trouvent nos universités vénézuéliennes, sans conditions minimales d’enseignement, et encore moins de recherche, beaucoup de professeurs qui partent en stage ou en années sabbatiques, ne reviennent pas…….

Ceux d’entre nous qui restent, ceux qui reviennent, ceux d’entre nous qui veulent continuer à se battre et à soutenir les espoirs de nos étudiants, sont enrichis par ces sourires, ces sourires de bienvenue, ces « merci d’être ici ».

Mais en fait, tout n’est pas romantique… il y a des aspects pratiques qui nous permettent de rester sur nos pieds.

Grâce aux relations académiques et aux projets de recherche que je partage avec les universités françaises (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Université Paris Nanterre et Université Paris Dauphine) et au soutien de mes collègues de ces universités (Richard Chbier, Philippe Aniorte), Ernesto Exposito, Ana Karina Fermìn, Maude Manouvrier, Sonia Guehis et Marta Rukoz), j’ai réussi à participer et à promouvoir des initiatives qui visent à soutenir l’enseignement et la recherche vénézuéliens à travers des accords de coopération, des programmes d’échange, la co-direction du travail, etc. En particulier, le projet du Réseau Franco-Vénézuélien, promu par le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France à Caracas et les universités vénézuéliennes UCAB, UCV, UNIMET, ULA et USB, mérite une mention particulière. Dans ce contexte, la visite du Professeur Philippe Aniorte au Venezuela du 22 au 29 novembre 2017 a été organisée comme première mission informatique. L’objectif de cette mission était de préciser certaines activités et actions visant à renforcer le Réseau tant du point de vue académique que de la recherche dans le domaine de l’informatique. Deux nouvelles missions sont programmées pour 2018, de nouveaux accords de coopération sont en cours d’élaboration, de nouveaux contacts de groupes de recherche d’universités vénézuéliennes commencent à évaluer les possibilités de collaboration avec des groupes de recherche d’universités françaises, des séminaires post-universitaires conjoints ont été prévus lors des visites de collègues français dans les deux missions en 2018…..

L’intérêt de mes collègues français pour le soutien aux universités, aux étudiants et aux professeurs vénézuéliens est évident dans différentes formes: Lancement de projets tels que le Réseau franco-vénézuélien, offrant des opportunités d’échanges d’études et de participation à des projets de recherche internationaux avec application à l’environnement national, soutien à des événements nationaux tels que la Conférence nationale sur l’informatique, l’informatique et les systèmes (CoNCISa), offre de postes de professeur invité pour au moins un mois, accueil pendant l’année sabbatique….. il y a beaucoup de possibilités qui impliquent non seulement des avantages individuels mais aussi d’énormes avantages, que nous apprécions en tant qu’enseignants et chercheurs et que nos étudiants apprécient!

Nous avons besoin de ces instruments et de ce genre de soutien pour continuer à vivre sans perdre nos désirs et à faire partie de la communauté académique!

Laisser un commentaire