A propos du master de modèles aléatoires de la UCV

Je suis professeur du Master de modèles aléatoires à l’Université Centrale du Venezuela, dont plusieurs chercheurs français ont participé au développement et à la consolidation. Beaucoup de nos professeurs ont été formés dans différentes universités françaises et pendant longtemps il y a eu une coopération très fluide de part et d’autre, puisque plusieurs étudiants français ont complété leur thèse de doctorat à notre École de Mathématiques. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, nous sommes plongés dans une crise chronique d’insuffisances qui a réduit notre maîtrise à un cas épique de survie et de résistance.

Nous avons besoin de nos étudiants pour pouvoir faire des stages de recherche, nous avons besoin de nos professeurs pour avoir de nouveaux contacts avec les laboratoires français qui leur permettront de trouver de nouveaux sujets de recherche et de développer de nouvelles connaissances. La visite de chercheurs français qui nous laissent de bons sujets de recherche, l’accès à des ordinateurs capables de gérer des bases de données adaptées aux exigences contemporaines, voire un bon approvisionnement en consommables seraient accueillis par un groupe de chercheurs moins jeunes, réticents à voir mourir leurs efforts de vie.

Laisser un commentaire