Témoignage du responsable du Laboratoire de Virologie Moléculaire de l’IVIC

J’ai effectué toute ma carrière, à la fois mes études (« Licenciatura », Mg. Sc. et PhD) et ma carrière professionnelle, au Venezuela. Je suis auteur et co-auteur de 139 publications, dont 119 en tant qu’articles originaux dans des revues scientifiques, étant le leader dans la plupart d’entre elles (80 articles en tant que premier auteur et/ou auteur correspondant sur 119 publications). Je suis professeur titulaire et chef du laboratoire de virologie moléculaire d’un institut vénézuélien de recherche scientifique (Instituto Venezolano de Investigaciones Científicas, IVIC). Je suis également membre de l’Académie des sciences exactes et naturelles du Venezuela et de l’Académie latino-américaine des sciences.
A l’IVIC, nous avions de nombreuses installations pour développer notre recherche scientifique: une bonne infrastructure, l’accès aux devises étrangères (la monnaie vénézuélienne est sous le contrôle strict des changes par notre gouvernement depuis 2003) pour acheter du matériel et des réactifs, et l’une des plus importantes bibliothèques scientifiques d’Amérique latine. Notre laboratoire accueillait une vingtaine de personnes, dont 3 chercheurs, 5 assistants et de nombreux étudiants (Ph. D., Mg. Sc. et stagiaires de courte durée). Notre laboratoire offrait également des services spécialisés de diagnostic moléculaire pour les patients infectés par le virus de l’hépatite ou le VIH.
Depuis 2015, nous n’avons plus accès aux devises étrangères. Depuis, nous accueillons seulement 2-3 étudiants qui font de leur mieux pour terminer leurs projets. Bon nombre de nos jeunes étudiants diplômés et membres du personnel ont émigré vers d’autres pays. Notre bibliothèque n’ a pas rénové ses abonnements aux revues depuis 2015. Le manque de réactifs nous oblige à interrompre notre service de diagnostic moléculaire depuis janvier 2016. Nous rédigeons essentiellement des articles scientifiques en utilisant les données accumulées dans notre laboratoire, mais par la suite, notre avenir est très incertain.

Laisser un commentaire