Témoignage sur les conditions de travail à la Faculté de Sciences de l’UCV

J’ai obtenu mon doctorat en Mathématiques en Novembre 2017, et je suis professeur à la Faculté de Sciences de l’Université Centrale du Venezuela (UCV) depuis 2006. En tant que professeur de l’UCV, j’ai été témoin de la débâcle progressive de ses activités académiques. Aujourd’hui, même aller à l’université demande beaucoup d’efforts physiques et mentaux, en raison du grave problème des transports au Venezuela, de la criminalité, du stress quotidien lié à l’obtention de nourriture et de médicaments, et une fois que l’on a les moyens de les payer, et du désespoir qui résulte de la perception que nous vivons dans un pays paralysé et que nous ne voyons pas de solution à cette situation à court, moyen ou long terme.
Mon travail à la Faculté de Sciences est principalement affecté par ce qui suit:

1) Des conditions sanitaires inadéquates: le plafond du département de mathématiques de la faculté est un espace pris par les zamuros pour faire leurs nids, ce qui génère un grave problème de contamination. Il n’ a pas été possible de trouver des ressources pour résoudre ce problème et, par conséquent, le département est habité et les enseignants de mathématiques n’ont pas d’espace physique pour développer nos activités d’enseignement et de recherche. En outre, il n’ y a pas de lumière dans un grand nombre de bureaux et de salles de classe, les abreuvoirs de la faculté ne fonctionnent pas, les toilettes fonctionnent partiellement, les espaces ouverts de la faculté comment: les couloirs, les jardins et les places sont contaminés (filtrations, moustiques porteurs de maladies, etc.), ce qui les rend impraticables et se prête au développement d’activités criminelles.

2) Absence de matériel pour le développement des activités d’enseignement et de recherche: la faculté ne fournit pas à ses enseignants de craie, de marqueurs ou d’effaceurs (chaque enseignant finance son matériel de travail), et il n’ y a pas de feuille ou d’encre pour la reproduction des évaluations, de matériel didactique, etc.

3) Déficit en service d’éclairage, Internet et entretien du matériel, les ordinateurs qui n’ont pas de réparation ne sont pas remplacés, les serveurs du centre informatique de la faculté travaillent partiellement, parce qu’ils n’ont pas d’entretien adéquat, et il n’ y a pas de personnel pour administrer ce service.

Malgré ce qui précède, les professeurs de l’UCV continuent à lutter pour maintenir en vie l’activité académique.

Laisser un commentaire